Comment devenir un moniteur de ski professionnel ?

574

Le ski, une passion ancrée depuis toujours, fait de la montagne votre terrain de jeu privilégié. C’est donc tout naturellement que l’idée de devenir moniteur de ski vous séduit. Mais quelles sont les compétences requises pour embrasser cette profession ? Quel parcours suivre ? Ces questions, et bien d’autres, vous taraudent sans cesse. Cet article vise à vous fournir toutes les réponses nécessaires pour éclairer votre compréhension du métier de moniteur de ski.

Qu’en est-il des compétences nécessaires pour devenir un moniteur de ski ? 

Le moniteur de ski, enseignant sportif par excellence, exerce un métier saisonnier étroitement lié au secteur du tourisme. La période d’activité s’étend généralement sur 3 à 5 mois par an, durant la saison hivernale. Leur temps de travail est intense, avec des semaines de six jours et des journées de 7 à 8 heures. Leur activité dépend grandement des conditions météorologiques, bien que de nombreuses stations soient désormais équipées de systèmes d’enneigement artificiel. Pour certains, cette profession est exercée en complément d’autres activités, avec seulement quelques heures de travail hebdomadaires. Pour d’autres, elle constitue un emploi à temps plein, souvent sous forme de contrats à durée déterminée (CDD). Il est à noter que la majorité des moniteurs occupent un autre emploi durant le reste de l’année. Pour ceux intéressés, le site https://moniteurdeski.fr/ offre des informations complémentaires.

A découvrir également : Découvrez le meilleur matériel pour faire du sport à la maison

La profession de moniteur de ski exige une solide compétence pédagogique. Le moniteur doit être capable d’initier des clients de tous niveaux, tout en possédant une excellente condition physique. La discipline se divise en deux branches principales : le ski alpin et le ski de fond. Un moniteur diplômé d’État en ski alpin se spécialise dans l’enseignement du ski sur piste, hors-piste, ainsi que dans d’autres disciplines comme le snowboard, le free ride et le ski cross. Quant au moniteur spécialisé en ski de fond, il encadre différentes activités, telles que :

  • Les randonnées nordiques,
  • Le ski de fond de compétition,
  • Le biathlon,
  • Le saut à ski,
  • Le combiné nordique, etc. 

Ces professionnels peuvent également encadrer des excursions en raquettes. Ils doivent se tenir informés des évolutions dans les disciplines de glisse et du matériel, et se former continuellement. Leur rôle ne se limite pas à l’accompagnement technique des clients ; ils doivent par ailleurs être vigilants et conscients des risques potentiels, prêts à intervenir en cas d’accident.

A découvrir également : Entraînement trail en Île-de-France : conseils pour courir en région parisienne

Quelles formations suivre pour un moniteur de ski ?

En France, pour enseigner le ski de manière rémunérée, il est indispensable de détenir un diplôme d’État. Il existe deux cursus principaux pour devenir moniteur national de ski : le diplôme d’État de ski alpin (DE ski alpin) et le brevet d’État d’éducateur sportif 1ᵉʳ degré (BEES1) option ski alpin. Ces formations mènent à l’obtention du DE en ski alpin ou en ski nordique de fond. Des passerelles existent entre ces deux parcours. On compte environ 20 000 moniteurs de ski en France, exerçant dans l’une des 250 stations réparties dans les six massifs français. Les moniteurs, généralement indépendants, travaillent souvent au sein d’écoles de ski. Ils aident beaucoup les amateurs mais aussi les débutants.